Tâchez d'être heureux

Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte, et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence. Sans aliénation, vivez autant que possible en bons termes avec toutes personnes. Dites doucement et clairement votre vérité ; et écoutez les autres, même le simple d’esprit et l’ignorant ; ils ont eux aussi leur histoire. Évitez les individus bruyants et agressifs, ils sont une vexation pour l’esprit. Ne vous comparez avec personne : vous risqueriez de devenir vain ou vaniteux. Il y a toujours plus grands et plus petits que vous. Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements. Soyez prudents dans vos affaires ; car le monde est plein de fourberies. Mais ne soyez pas aveugle en ce qui concerne la vertu qui existe ; plusieurs individus recherchent les grands idéaux, et partout la vie est remplie d’héroïsme. Soyez vous-même. Surtout n’affectez pas l’amitié. Non plus ne soyez cynique en amour, car il est en face de toute stérilité et de tout désenchantement aussi éternel que l’herbe. Prenez avec bonté le conseil des années, en renonçant avec grâce à votre jeunesse. Fortifiez une puissance d’esprit pour vous protéger en cas de malheur soudain. Mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères. De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude. Au-delà d’une discipline saine, soyez doux avec vous-mêmes. Vous êtes un enfant de l’univers, pas moins que les arbres et les étoiles ; vous avez le droit d’être ici. Et qu’il vous soit clair ou non, l’univers se déroule sans doute comme il le devrait. Soyez en paix avec Dieu, quelle que soit votre conception de lui, et quels que soient vos travaux et vos rêves, gardez dans le désarroi bruyant de la vie la paix de l’âme. Avec toutes ses perfidies, ses besognes fastidieuses et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau. Prenez attention, tâchez d’être heureux.

Anonyme,

manuscrit trouvé dans une église de Baltimore en 1692

Tard je T'ai aimée

Pour St Augustin, la prière est vraiment un cœur à cœur avec Dieu. Voici ce qu'il écrit dans son livre "Les Confessions" (X,27,38) une fois qu'il a fait cette expérience profonde de rencontre avec le Dieu vivant.

 

Tard je T'ai aimée, ô Beauté si semblable et toujours nouvelle,

Tard je T'ai aimée !

Tu étais au-dedans et j'étais au dehors

Et c'est au-dehors que je Te cherchais ;

Tu étais avec moi et je n'étais pas avec Toi !

 

Tu m'as appelé, Tu as crié, Tu as brisé ma surdité !

Tu as brillé, Tu as resplendi, Tu as dissipé ma cécité !

Tu as répandu ton parfum et je l'ai respiré.

Haletant, j'aspire à Toi,

J'ai goûté et j'ai faim et j'ai soif,

Tu m'as touché et je me suis enflammé pour ta Paix...

St Augustin d'Hippone

Toi qui souffles en rafales

Saint Esprit de Dieu, toi qui souffles en rafales le grand vent de l'avenir, viens nous saisir avec puissance et fais de nous des hommes libres.

Saint Esprit de Dieu, toi qui as fait se lever les prophètes et les rois, les saints de tous les temps, viens réveiller notre ardeur.

Saint Esprit de Dieu, toi qui ouvres des brèches dans la fatalité, viens nous arracher à la passivité, fais-nous acteurs de notre Histoire.

Saint Esprit de Dieu, maître de l'imprévu, toi qui souffles où tu veux, donne-nous de créer du neuf et d'inventer l'impossible.

Saint Esprit de Dieu, toi qui es l'énergie de l'amour et la force de la foi, donne-nous de demeurer toujours dans l'espérance.

Prêtres du Prado

Toi, tu peux

Dieu seul peut créer

Mais tu peux valoriser ce qu’il a créé.

Dieu seul peut donner la foi

Mais tu peux donner ton témoignage.

Dieu seul peut infuser l’espérance

Mais tu peux rendre la confiance à ton frère.

Dieu seul peut donner l’amour

Mais tu peux apprendre à l’autre à aimer.

Dieu seul peut donner la paix

Mais tu peux semer l’union.

Dieu seul peut donner la joie

Mais tu peux sourire à tous.

Dieu seul peut donner la force

Mais tu peux soutenir un découragé.

Dieu seul est le chemin

Mais tu peux l’indiquer aux autres.

Dieu seul se suffit à lui-même

Mais il a préféré compter sur toi...

 

Toi, tu peux.

Anonyme

Trinité Sainte

"Je te bénis, Père, car Tu as révélé cela aux petits"

Tu es Père, papa, pour nous

bien vivant, bien présent.

Tu me combles et me donnes la Vie aujourd'hui

car tu me veux cadeau de toi.

Aujourd'hui je t'aime comme je peux

et t'offre ce que je suis,

mon bien et mon péché.

 

"Je suis avec vous tous les jours".

Jésus Tu es là, ne me quitte pas,

demeure en moi.

Apprends-moi à demeurer

en toi, à te suivre.

Donne-moi ta main et tiens-la bien.

 

"L'Esprit de Dieu repose sur moi".

Je veux me laisser faire par toi, éclairer

par toi, guérir par toi, Esprit d'Amour.

Aide-moi à m'ouvrir à tes appels

et à m'ouvrir au monde.

Amen.

Anonyme

Trouver le bonheur

Mon doux Seigneur, que je te découvre aujourd'hui et tous les jours dans la personne de tes malades et qu'en les servant, je te serve aussi ;

Que je te reconnaisse aussi quand tu te caches sous le déguisement de ceux qui sont facilement irritables, exigeants et déraisonnables, et que je dise : "Jésus plein de patience, comme il est doux de te servir"

Seigneur, donne-moi cette foi qui désire et mon travail ne sera jamais ennuyeux.

Je trouverai toujours du bonheur à supporter les humeurs et à accomplir les souhaits des pauvres souffrants.

Ste Mère Teresa

Tu as voulu qu'il y ait des prêtres

Seigneur, tu as fait de ceux qui croient en toi un peuple qui veut être témoin de ton message de Paix et d’Amour.

Au milieu de ce peuple, tu as voulu qu’il y ait des prêtres, vrais témoins de ton amour, qui annoncent ta Parole et rassemblent leurs frères pour revivre avec eux, dans l’Eucharistie, ta mort et ta résurrection.

Nous te demandons de mettre au cœur de beaucoup d’hommes le désir de remplir cette mission. Que leur vie soit conforme à ce qu’ils annoncent dans la pauvreté, la charité et l’esprit de service.

Qu’ils respectent leurs frères chrétiens, suscitent et soutiennent leurs initiatives.

Que la bonne entente règne entre tous les prêtres comme signe d’unité et qu’ils gardent leur cœur ouvert au monde entier.

Mgr Le Bourgeois, ancien évêque d’Autun

Tu es Dieu de tous les hommes

Tu es Dieu de tous les hommes.

Tu ne fais pas de différence :

le dernier des hommes compte pour toi autant que le premier.

Si différents que nous soyons, tu nous rassembles de partout autour de ta table.

Fais-nous comprendre ce signe.

Donne-nous de ne rien désirer d’autre que d’être homme avec tous les hommes sous ton ciel déployé,

sur cette terre féconde que tu donnes à tous.

Ce que nous appelons paix, ce n’est pas la paix pour toi.

Tu ne te résignes pas à notre mal.

Tu apportes le feu sur terre et le glaive de la décision.

Donne-nous de ne pas chercher de fausse paix, d’oser parler, quoi qu’il en coûte, de ne pas céder devant la violence,

mais d’élever la voix pour les déshérités, les mal-lotis.

Redis à notre cœur qu’ils sont heureux, ceux qui ont faim et soif de la justice :

faim et soif de ta paix sur la terre pour tous les hommes.

F. Cromphout

Tu es le soleil éclaté de l'amour du Père

Seigneur crucifié et ressuscité,

Apprends-nous à affronte,

Les luttes de la vie quotidienne,

Afin que nous vivions dans une grande plénitude. 

Tu as humblement et patiemment accueilli les échecs de la vie humaine,

Comme les souffrances de la crucifixion.

Alors les peines et les luttes que nous apporte chaque journée,

Aide-nous à les vivre comme des occasions de grandir et de mieux te ressembler.

Rends-nous capable de les affronter, lein de confiance en ton soutien.

Fais nous comprendre que nous n'arrivons à la plénitude de la vie

Qu'en mourant sans cesse à nous mêmes et en nos désirs égoïstes.

Car c'est seulement en mourant avec Toi que nous pouvons ressusciter avec Toi.

Que rien désormais ne nous fasse souffrir ou pleurer

Au point d'en oublier la joie de ta résurrection.

 

Tu es le soleil éclaté de l'amour du père

Tu es l'espérance du bonheur éternisé,

Tu es le feu de l'amour embrasé.

Que la joie de Jésus soit force en nous,

Et qu'elle soit, entre nous, lien de paix,

D'unité et d'amour.

Amen

Ste Mère Teresa

Tu es prêtre pour l'éternité

Comme le Père a envoyé son Fils au monde

Ce Fils vient à son tour d’envoyer en Mission

Par son ordination, David.

Celui qu’il a choisi pour être « Serviteur ».

Pour être compagnon et coopérateur

Des Évêques nommés successeurs des Apôtres !

Ce sacrement le met au service des autres.

Lui conférant la tâche de prêtre et Pasteur !

« Va, enracine-toi dans la famille humaine. »

Contemple toute Joie, partage toute Peine.

Te voici « Consacré » au service du monde !

Annonce l’Évangile et « Célèbre » la vie !

 

Ce que tu as reçu, donne-le en retour

Et gravis pas à pas les marches de l’Amour.

Présente à Dieu, son Fils entre te mains Bénies

En y joignant l’Amour, la souffrance des hommes

Sans jamais oublier les « Frères » que nous sommes !

Dans le peuple de Dieu, fais entrer pleinement

Ceux qui te font « Témoin » de tous les sacrements.

 

Si tu es le ministre, tu n’es pas le maître.

Mais tu as le pouvoir parce que tu es « Prêtre »,

De pardonner au nom du Christ et de l’Église

Les fautes qui nous ferment la « Terre promise » !

Tu fortifies aussi par l’Onction d’huile sainte

Les malades qui font dans un acte de Foi

Un pas vers l’Espérance, oubliant toute crainte

Pour avancer vers Dieu qui portera leur Croix !

Mais tu es « Prêtre » aussi pour Prier, pour Bénir,

Pour offrir la louange et tracer l’avenir

À travers « l’aujourd’hui » de la vie éternelle

En répétant : « Mon Dieu que tes œuvres sont belles ! »

 

Et puisque le « Seigneur » t’a nommé « Serviteur »,

Puisqu’il a fait de toi : un Berger, un Pasteur,

Ô ! Prêtre ! Sois Béni pour avoir répondu :

« Je veux bien retrouver ce qui était perdu ! »

Parce que tu es prêtre et que tu as dis « Oui »

Tu es le bien-aimé,

C’est Lui, Jésus, qui t’as choisi.

Antoinette Gendron-Pinçon, Maison de retraite d’Évron (Mayenne), juin 2007

Tu m'as choisi

Tu m’as choisi...

Un jour, Tu m’as dit : « Suis-moi ».

Ça me faisait tout drôle de me dire que c’est Toi

qui le premier est venu vers moi...

Il y a des jours où j’aimerais tellement me dire

que c’est moi qui suis venu vers Toi, moi qui ai

voulu le premier, Te rencontrer...

Tu m’as choisi,

Mais, je n’ai rien, rien à Te donner...

Mes mains sont vides, mon cœur fermé...

Je n’ai rien à Te donner, Tu le vois bien...

Il y a des jours où je me demande bien pourquoi c’est moi que Tu as choisi,

pourquoi un jour Tu es venu tout bouleverser...

Tu m’as choisi, Tu m’as dit :

Va, va avec tes mains vides, ton cœur fermé,

Va, j’ai besoin de toi, les autres ont besoin de toi...

Va.

Viens me donner à manger, j’ai faim...

Viens me donner à boire, j’ai soif...

Viens me voir, je suis tout seul...

Va...

Non, non je ne peux pas...

Je ne peux aller crier l’Amour aux autres...

Je n’ai rien, rien à leur donner ! Non, je ne peux pas...

Je n’ai rien...

Si, va, je t’ai choisi

Va, donne-leur ton Amour, donne-leur mon Amour.

Vite, cours, inonde-les de ta joie, de ta paix, de ton Amour...

de Ma joie, de Ma paix, de Mon Amour...

Tu m’as choisi...

Tu m’as choisi pour aimer, rien que pour aimer, pour crier Ton nom...

Tu m’as choisi... je veux Te choisir,

mon cœur déborde, il est inondé par Ton soleil.

Un jeune de 17 ans

Tu m'as séduit

Tu m’as séduit

et ta présence

est devenue

l’air que je respire

 

J’ai goûté

l’eau et le feu

 

J’ai marché

sur les crêtes

et les secrets des vallées

me sont révélées

 

J’ai aimé

l’orage et le vent

et la fureur des temps

 

Mais toi, tu m’as séduit

Roi de mon cœur

 

Tu as brisé mon univers

tu es entré comme un voleur

et tu es resté

Charles Singer

Tu peux tout pour le monde

Ce soir, mon cœur est plein d’espoir à en craquer,

Ce soir, comme un fruit mûr, il se doit d’éclater.

Toi qui écoutes, écoute mieux,

C’est beau ce que je vais te dire

Cela peut rendre des hommes heureux.

Tu te rends compte, dis,

Tu peux couvrir de fleurs les joues du temps,

Tu peux aux barbelés faire sourire le printemps,

C’est vrai, tu peux tout pour la terre.

Tu peux même changer ses taudis en lumière,

Et le cri douloureux du canon en prière.

Tu peux sauver un enfant de la faim

Rien qu’en fumant un tout petit peu moins,

Et si tes poches étaient vides sans plus rien à donner,

Tu pourrais partager aux milliers de passants

ton sourire comme cela, pour rien, pour le plaisir.

Tu as des yeux pour tout comprendre,

Tu peux faire, si tu veux, de ton cœur un abri,

De ta joie un habit.

Et puis, tu peux parler, consoler, conseiller à la ronde.

Oh oui ! vraiment, je te le dis, tu peux tout pour tout le monde.

Tu peux le faire rire aux éclats, l’ensemencer, l’ensoleiller,

Faire prisonnier de ton poème les cris de haine des sans loi,

et faire des bidonvilles de vastes champs de joie.

Tu te rends compte, dis,

Tu peux faire de chaque heure de ta vie un « Je t’aime ».

Le paradis dépend de toi.

Anonyme