18 août : Bienheureux Charles Collas du Bignon, prêtre et martyr

À la suite des mesures antireligieuses décidées par la Convention nationale, 829 prêtres et religieux, originaires de divers diocèses de France, sont conduits, au printemps 1794, vers le port de Rochefort, afin d'être déportés en Guyane. Enfermés sur deux navires négriers qui resteront finalement ancrés à l'embouchure de la Charente, 547 mourront victimes d'épidémies et des brimades de leurs gardiens. À partir du 18 août, les prêtres les plus malades furent débarqués sur l'île Madame. 254 y sont inhumés. Parmi eux, Jean-Baptiste Souzy (1735-1794), prêtre du diocèse de La Rochelle, à qui l'évêque avait donné les pouvoirs de vicaire général pour la déportation, mort le 27 août, et 63 de ses compagnons ont laissé un témoignage émouvant de fidélité au Christ et au Siège apostolique, et de pardon à leurs gardiens pour la paix de l'Église et de la société.

 

Sur les pontons de Rochefort, Charles Collas du Bignon, né et baptisé à Saint Martin de Mayenne, laissera ces mots à ses frères prêtres : "Nous sommes les plus malheureux des hommes, mais aussi les plus heureux des chrétiens."

 

Seigneur, tu as donné au bienheureux Charles dans l'extrême détresse de la déportation la grâce de la fidélité et du pardon ; accorde-nous, à son exemple, de demeurer toujours attachés à ton Église et ardents à nous réconcilier avec nos frères. Par Jésus Christ...