Homélie du P. Georges Colomb, Supérieur général des M.E.P., pour la Messe de requiem pour le repos de l’âme de Mgr Emile Destombes, célébrées à Paris le 6 février 2016

Lectures : Actes 10,34-43   Psaume 26    Luc 12,35-38.40

 

« Restez en tenue de service », l’invitation du Seigneur aux disciples rapportée par St Luc résonne dans notre esprit alors que nous rendons grâce à Dieu pour tout ce que nous avons reçu de Mgr Émile Destombes, le confrère, le missionnaire, l’évêque qui nous a donné un beau témoignage de vie missionnaire !

 

Le confrère :

  • Sa simplicité.
  • Son sens de l’accueil : il nous accueillait « en marcel » et surprenait plus d’une personne qui le prenait pour un employé de l’évêché !
  • Sa disponibilité pour tous du plus humble au plus grand.
  • Sa table toujours ouverte permettait des discussions franches laissant transparaître un amour exigeant de l’Église. Il nous faisait parfois partager une critique toujours positive de tel ou tel aspect de la vie de l’Église qu’il aimait, qu’il servait avec zèle et fidélité.
  • Le bon esprit des Missions Étrangères régnait dans son évêché !

 

Le missionnaire :

  • Courageux en présence des Khmers rouges.
  • Contraint de partir, de quitter le peuple khmer livré entre les mains de bourreaux.
  • Toujours prêt pour le départ, pour l’inconnu, vivant de cette spiritualité de l’itinérance, il s’attachait aux hommes auxquels l’Église l’avait envoyé et non à son confort personnel
  • Après le Cambodge dont il fut expulsé en 1975, il participa au service d’information et d’animation missionnaire à Paris, ici-même, un service que nous appelions : Échange France Asie.
  • Puis, au Brésil pendant 10 ans dans un univers très différent de celui du Cambodge, il s’habitua car, comme St Pierre, il avait compris que Dieu ne fait pas de différence entre les hommes. 
  • Et puis ce fut le retour au pays, au Cambodge, en 1990. Il célébra à Phnom Penh, le jour de Pâques, la première messe au cinéma Chenla, messe de la Résurrection…! 3 000 fidèles étaient présents, tous des rescapés du régime khmer rouge qui laissa 2 millions de victimes.

 

L’évêque :

De 1997 à 2010, c’est le successeur des apôtres, l’évêque, vicaire apostolique de Phnom Penh, qui en bon pasteur conduit le peuple de Dieu. Les nombreuses qualités humaines de Mgr Destombes lui sont bien utiles dans ce pays où il faut vivre avec nos frères bouddhistes, nos frères protestants, des missionnaires, religieux et religieuses de différentes institutions et pays. 

 

C’est son attachement à cette terre du Cambodge baignée du sang des martyrs, son attachement à ce peuple, à cette Église qui renaissait  de ses cendres qui permettra à Mgr Destombes de servir fidèlement et de vivre dans ce pays jusqu’à l’épuisement de ses forces. S’inspirant du livre des Actes des Apôtres qui nous rappelle que les disciples étaient assidus à la prière et qu’ils mettaient tout en commun, Il mit en place dans chaque paroisse un pôle liturgie pour la célébration des sacrements, un pôle catéchèse pour la transmission de la foi, un pôle caritatif pour le service des plus pauvres (au plan éducatif et médical notamment..). En 2015, 350 personnes adultes ont reçu le baptême au Cambodge, presque autant qu’à Paris, alors que le nombre de catholiques est seulement de 25 000 personnes pour l’ensemble du pays.                                     

 

Nous pouvons être certains que le Seigneur dans sa grande miséricorde pardonne ses péchés à son fidèle serviteur qui plaça sa confiance en lui.

 

Dans une lettre du 8 avril 1975 à son frère Louis, il écrivait : « Nous restons quoi qu’il arrive ». C’est dans la prière que Mgr Émile trouvait la force de rester, c’est la prière qui faisait de lui le témoin, l’apôtre, le serviteur, bref le missionnaire qu’il était depuis qu’il avait franchi la porte du séminaire de la rue du Bac et avait été envoyé en mission au Cambodge puis au Brésil et de nouveau au Cambodge.

 

Il aimait cette prière de Charles de Foucauld qu’il disait chaque jour : «Seigneur tu m’as pris par la main. Avec toi j’irai jusqu’au bout du chemin » et dans sa lettre à son frère il ajoutait : « le chemin du Seigneur ne ressemble pas aux belles autoroutes de France où tout est bien balisé et signalé. Il est plutôt du genre des routes du Cambodge avec leurs ornières, voire leurs ponts cassés et où chaque voyage est une aventure » ….

 

Nous pouvons remercier le Seigneur d’avoir donné à son Église, aux Missions Étrangères, au Cambodge, au Brésil le grand serviteur que fut Mgr Émile Destombes. Il était l’enfant d’une famille de paysans comptant 17 enfants, originaire du diocèse de Lille. Il est l’exemple ce que la France peut donner de mieux à l’Église : « des fils pour annoncer l’évangile » !

 

Nous pouvons reprendre cette prière du psalmiste qui caractérise bien la vie donnée de notre confrère Mgr Émile Destombes :

« Le Seigneur est ma lumière et mon salut, de qui aurais-je crainte ?

Le Seigneur est le rempart de ma vie, devant qui tremblerais-je ? »